Comment se protéger des virus naturellement ?

  • Publié le
  • By Camille Poulin
  • 0
Comment se protéger des virus naturellement ?

Dans cet article par Camille, naturopathe du blogue Mon Régal Végétal, découvrez les meilleurs outils naturels pour se protéger des virus et bactéries pathogènes.

Comment se protéger naturellement des microbes hivernaux

 

L’hiver, ce n’est pas nouveau, les microbes (bactéries et virus) s’en donnent à cœur joie. Les espaces clos et surchauffés combinés aux chocs thermiques des grands froids ainsi que les gens fatigués, stressés et en manque de vitalité, d’énergie et de lumière leur offrent un milieu idéal pour la propagation. Les rhumes, grippes, gastros et compagnie font donc partie du paysage hivernal québécois et certains parviennent à les combattre plus rapidement (et plus efficacement) tandis que d’autres se retrouvent pris avec des infections chroniques ou récidivantes. Alors que l’hiver s’éternise et à l’heure où la panique mondiale se fait sentir suite à l’éclosion d’un certain virus, un article sur les méthodes naturelles pour se protéger des microbes est le bienvenu. Le meilleur allié contre les infections demeure toujours le système immunitaire, dont la santé est intimement influencée par le mode de vie et l’alimentation. Il existe également de nombreuses plantes et huiles essentielles pouvant donner un bon coup de pouce à l’organisme pour booster ses défenses immunitaires et prévenir les infections ou l’aider à les combattre. Dans cet article par Camille, naturopathe du blogue Mon Régal Végétal, découvrez les meilleurs outils naturels pour se protéger des virus et bactéries pathogènes.

 

1. Prévenir l’infection grâce à l’hygiène…

 

Nous savons que les bactéries, virus et pathogènes aiment se multiplier en milieux chauds et humides et sont souvent transmis par contact de la salive (via éternuements qui projette des gouttelettes de salive sur les objets et la peau). C’est pourquoi il est important de bien se laver les mains avec du savon et de l’eau chaude de façon régulière et lorsque l’on va aux toilettes. On assiste actuellement à une pénurie de gels désinfectants sur les tablettes alors que, ironiquement, ces gels ne sont pas vraiment recommandés pour une utilisation régulière. En effet, ils contiennent des biocides (déf : substance destinée à détruire ou inhiber la croissance et l’activité d’organismes vivants) comme le triclosan, un antibiotique reconnu pour son action antibactérienne à large spectre. Le problème avec ce genre d’ingrédient est qu’il tue littéralement toutes les bactéries, même les bonnes qui se retrouvent sur la flore naturelle de notre peau et protègent celle-ci contre les envahisseurs. En plus d’affaiblir nos défenses naturelles, les biocides comme le triclosan (qui, de par leur utilisation abusive, se retrouvent partout dans l’environnement, les eaux de surface, les sols, l’eau du robinet et les fluides corporels (comme l’urine) de près de 75% de la population) ont été reconnus comme nuisibles face à l’épidémie d’antibiorésistance, puisqu’ils exposent régulièrement des bactéries aux antibiotiques et favorisent leur résistance à ces derniers1. On retrouve en fait du triclosan en grande quantité dans les gels antiseptiques pour les mains, mais aussi dans les pâtes à dents commerciales au fluor, gels douches, après-rasages, cosmétiques non-naturels et jouets pour enfants. Par ailleurs, le triclosan est reconnu comme un important perturbateur endocrinien pouvant nuire aux fonctions de la thyroïde (en diminuant son taux d’hormones, essentielles au métabolisme de toutes nos cellules) et de nos organes reproducteurs2,3. Il est aussi pointé du doigt comme potentiel agent cancérigène. Il est donc beaucoup plus conseillé de se laver régulièrement les mains avec un savon doux et naturel ainsi que de se confectionner soi-même, au besoin, un gel nettoyant pour les mains à base d’huiles essentielles (voir point 1.2 ci-bas).

 

 2. Les huiles essentielles antiseptiques

 

Contrairement aux biocides, les huiles essentielles possèdent deux avantages majeurs : elles n’agissent pas comme perturbateurs endocriniens et, comme les molécules qui les composent changent constamment (en fonction des récoltes) parce qu’elles sont issues de plantes naturelles et non d’un laboratoire pharmaceutique, elles ont l’avantage de ne pas entraîner de résistance chez les bactéries ou les virus. Plusieurs huiles essentielles ont un pouvoir anti-infectieux important, les rendant très intéressantes pour assainir l’air (à l’aide d’un diffuseur), les mains (dans un gel nettoyant) ou les surfaces (dans un spray à vaporiser sur les comptoirs). Mes huiles essentielles antiseptiques préférées, autant antibactériennes qu’antivirales, sont les suivantes : tea tree ++, ravintsara ++, eucalyptus radiata ++, laurier noble ++. Elles peuvent être utilisées de différentes manières, en externe, pour aseptiser l’environnement sans tuer les « bonnes » bactéries de notre peau :

 

Pour la diffusion : eucalyptus radiata (pas chez les asthmatiques), ravintsara, laurier noble, sapin baumier, mélange Prana de Divine Essence, mélange Pandem de Zayat +++

 

Dans un gel pour les mains (à base d’aloès) : tea tree, eucalyptus radiata, ravintsara, lavande vraie, laurier noble (ou l’excellent gel antiseptique aux huiles essentielles de Vivia, dans lequel j’ajoute parfois quelques gouttes de Pandem).

 

Pour vaporiser dans l’air ou sur les surfaces : tea tree, laurier noble, ravintsara, eucalyptus radiata, géranium rosat, palmarosa, agrumes (citron jaune), Pandem de Zayat ++, Rhume & Grippe de Vivia. Le vinaigre et l’argent colloïdal sont également de bons agents désinfectants et antiseptiques.

 

Étant très concentrées (1 goutte d’huile essentielle correspond à plusieurs kilos d’une plante), les huiles essentielles ont un fort potentiel thérapeutique à utiliser avec modération. En effet, ce n’est pas parce que c’est naturel qu’il n’y a pas de contre-indications face à leur utilisation. Plusieurs huiles essentielles sont contre-indiquées chez les enfants et les femmes enceintes, particulièrement celles qui contiennent des cétones (neurotoxiques) (menthe poivrée, lavande aspic, hélichryse italienne, eucalyptus globulus, sauge officinale, etc.). Il faut par ailleurs faire attention aux excès d’huiles essentielles, surtout si on ne connaît pas cela. La fameuse huile d’origan (voir article détaillé ici) est un antiseptique puissant, mais contient des molécules très fortes (les phénols) pouvant devenir toxiques pour le foie en cas d’excès. Il n’est PAS conseillé d’utiliser l’huile d’origan en interne en prévention, car elle n’est pas un tonique immunitaire, mais plutôt un bazooka antibactérien et antiviral. Elle n’est donc à prendre qu’en cas de symptômes. Pour prévenir les infections, voir le point 1.3 ci-dessous. Consultez toujours un(e) naturopathe qui connaît les huiles essentielles ou un(e) aromathérapeute avant de prendre des huiles essentielles si vous n’avez pas de formation en la matière, êtes enceinte, allaitez ou prenez des médicaments.

 

3. Un système immunitaire fort

 

Bien dormir, bien manger (beaucoup de légumes et de fruits, peu de sucre, de céréales et de produits laitiers, etc.) et bien gérer son stress sont, encore et toujours, les clés d’une immunité renforcée. Plusieurs outils ou nutriments essentiels au système immunitaires sont abordés dans mes précédents articles (tonifier l’immunité pour l’automne, le temps des fêtes et le nouvel An) à consulter pour plus de détails : vitamine D3, zinc, probiotiques, jus d’herbe de blé et Cuivre-or-argent en oligothérapie. Par ailleurs, les plantes immunomodulatrices comme les champignons médicinaux (article juste ici), l’astragale +++ (en teinture comme celle de la Clef des champs ou en décoction) et des mélanges de ces plantes comme dans mon chouchou Deep Immune de St-Francis sont des alliés incontournables pour tonifier la réponse immunitaire et prévenir les infections.

 

Les aliments antibactériens et antiviraux devraient également occuper une place de choix dans l’assiette : ail ++, oignon, épices et aromates (origan ++, thym ++, romarin, cannelle, gingembre, muscade, cardamome, curcuma, Cayenne). Éviter le sucre raffiné (sucre blanc et de canne dans les aliments préparés) au maximum puisque celui-ci affaiblit grandement le système immunitaire.

 

2) Aider l’organisme dans sa lutte contre les microbes

 

Dans le monde des plantes, il existe une panoplie d’amies du système immunitaire. Le sirop de sureau (comme celui de la compagnie québécoise Suro) est un puissant antiviral reconnu depuis la nuit des temps. L’échinacée est une excellente stimulante immunitaire, à prendre en début de symptômes, encore plus efficace lorsque combinée à l’hydraste (puissante antibactérienne et antivirale, mais contre-indiquée à long terme, chez les enfants et chez les femmes enceintes). Le fameux Drastix de la Clef des champs, qui mélange ces deux plantes, est l’un des produits les plus populaires comme « casse-infection » chaque hiver.

 

Les infusions de thym et/ou de sureau, de sapin baumier, d’éleuthéro sont aussi de bons choix pour stimuler l’immunité ou combattre les pathogènes en cas de début de mal de gorge ou congestion, tout comme les sirops de sapin (sirop d’antan) de Sapino et le sirop hivernal aux conifères et huiles essentielles de Pranarom. La vitamine C naturelle issue de fruits de Garden of Life (en spray) est aussi excellente comme tonique immunitaire, tout comme le zinc en capsules et un de mes produits chouchous : les gummies sans sucre croquables au sureau, vitamine C et zinc de Nature’s Way pour fortifier l’immunité chez enfants et adultes!

 

À l’heure où les médias propagent la panique mondiale, gardez les pieds sur terre, utilisez vos outils naturels pour fortifier votre immunité et n’oubliez pas que le stress est un grand ennemi du système immunitaire! Évidemment, cet article se veut informatif sur les différentes options naturelles pour booster votre immunité et vous protéger des microbes, mais ne remplace aucunement un avis médical. En cas de symptômes d’infection qui vous inquiète, allez voir votre médecin de famille ou autre spécialiste et n’oubliez pas de consulter un(e) naturopathe ou votre pharmacien si vous prenez des médicaments et n’êtes pas sûrs de sa compatibilité avec un produit naturel.

 

Sur ce, bonne fin d’hiver à tous! Le changement d’heure est fait, le printemps s’en vient, restons calmes et positifs!

Comments

Be the first to comment...

Leave a comment
* Your email address will not be published
* Champs requis