Le poids, on s’en balance !

  • Publié le
  • By Natacha Leclerc, N.D.
  • 0
Le poids, on s’en balance !

Démystifiez le concept du "poid santé " dans cet article de Natacha, naturopathe !

Bien qu’aujourd’hui l’industrie semble plutôt promouvoir l’image de femmes minces, ça n’a pas toujours été le cas. À plusieurs moments dans l’histoire, les femmes rondes étaient les plus intéressantes pour des raisons beaucoup plus « pratiques » que d’envie. Par exemple, au Moyen-Âge, époque traversée par des guerres, des épidémies et des catastrophes naturelles, les femmes rondes étaient un symbole de fertilité, donc de survie pour la race qui était constamment menacée. L’être humain, comme tout être vivant d’ailleurs, étant conçu pour survivre, était alors naturellement attiré vers les femmes les plus susceptibles de perpétuer la vie ! Qu’en est-il réellement ? Est-ce que la rondeur est gage de fertilité ? Est-ce que la minceur est synonyme de santé ? C’est une grande question, remplie de nuances. 

 

D’abord et avant tout, il faut se défaire de l’idée préconçue que le poids sur la balance compte pour tout. Si nous prenons 5 personnes du même poids et que l’on évalue leur taux de masse adipeuse (pourcentage de gras), elles n’auraient clairement pas le même. Le poids sur la balance peut être un indice mais pas un gage de santé de façon générale. De la même façon qu’une personne ayant un faible taux de masse adipeuse et ayant visiblement une bonne musculature, n’est pas nécessairement en santé non plus. C’est beaucoup plus que ça ! Sans être d’un côté ni de l’autre, c’est encore une fois l’équilibre qui prévaut ! Donc plutôt que de focaliser sur le poids, mettons l’emphase sur les saines habitudes de vie.

 

Pour avoir un poids santé, il y a 5 aspects de base à respecter : (1) l’alimentation, (2) l’activité physique, (3) la gestion du stress, (4) le sommeil réparateur et (5) la digestion. Si l’un de ces 5 facteurs n’est pas bien équilibré, il sera plus difficile de maintenir un poids santé. 

 

L’alimentation

 

Un des aspects les mieux connus pour l’atteinte d’un poids santé est l’alimentation, mais les gens croient à tort qu’ils doivent se restreindre et ne plus avoir de plaisir à manger. J’entends souvent « c’est le seul plaisir qu’il me reste ». Et bien ne vous en déplaise, c’est délicieux manger équilibré et ce n’est pas la fin de votre vendredi pizza une fois par mois, ni de votre coupe de vin autour d’un bon souper entre amis. Manger équilibré ne veut pas dire entrer dans une diète ou un régime restrictif, ça veut dire manger ce dont votre corps à besoin pour que vous ayez l’énergie de passer à travers ce que vous avez à faire, et ensuite profiter au maximum de ce que vous avez envie de faire !

 

La base

 

  1. Augmenter votre apport de légumes à environ 4-6 tasses par jour
  2. Diminuer votre apport en féculents à environ ½ tasse par repas pour les céréales complètes et 1 tasse par repas pour les légumes racines
  3. Manger une portion suffisante de protéine, soit environ une paume de main 3 fois par jour
  4. Ajouter 5 à 10 millilitres de bons gras à chaque repas, comme des huiles crues, des avocats, des olives, du lait de coco…
  5.  

Finalement, vous pouvez inclure 1 à 2 fruits dans votre journée et une vingtaine de noix. 

 

Bien sûr, on peut travailler de façon beaucoup plus spécifique avec un plan personnalisé, mais règle générale, si 90% du temps nous sommes capables de suivre les suggestions ci-haut mentionné, nous allons chercher une belle quantité de vitamines, de minéraux, de fibres, d’antioxydants, de protéines, de gras et de glucides nécessaires au fonctionnement optimal de notre corps. Si on se fie à la règle du 90%, sur 21 repas, ça laisse quand même la possibilité de déroger sur 3 repas dans la semaine. Bien entendu, plus nous sommes rigoureux dans notre approche, mieux nous nous en porterons, mais l’objectif est de faire un pas d’abord, et le reste suivra tranquillement. À chacun son rythme, à chacun ses objectifs, à chacun ses résultats ! 

 

L’activité physique

 

Au-delà de l’apparence, l’activité physique est super importante. Par exemple, elle renforce le système immunitaire, contribue à la santé cardio-vasculaire, augmente la tolérance au stress, augmente l’estime de soi, favorise un transit régulier, etc. 

 

Pas besoin de courir le marathon pour dire que vous faites de l’activité physique. Une simple marche, d’un bon pas, est suffisante pour activer le métabolisme. Je dirais même que dans le mode de vie stressant d’aujourd’hui, il est pratiquement préférable pour la plupart d’entre nous de privilégier la marche plutôt que la course pour éviter de stresser encore plus l’organisme.

 

Le principe le plus important est la thermogénèse sans activité physique, c’est-à-dire l’énergie qui sera dépensée naturellement lors des activités du quotidien, autre que l’exercice. Par exemple, c’est l’énergie dépensée lors du jardinage, pour se déplacer ou pour simplement se tenir debout à pousser son enfant qui est sur la balançoire. Toute action, aussi insignifiante semble-t-elle, augmente le métabolisme et c’est justement l’accumulation de toutes ces actions qui détermine la thermogénèse sans activité de chaque personne. 

 

Malheureusement, il n’est pas possible de savoir qu’elle est l’énergie réelle dépensée via la thermogénèse sans activité donc, une façon simple de s’assurer de dépenser naturellement suffisamment d’énergie, c’est de calculer le nombre de pas que nous faisons par jour. Pas besoin d’avoir une montre ultra sophistiquée, un simple podomètre ou l’application podomètre sur son téléphone intelligent fait le travail. L’objectif, pour être considéré comme actif, est de viser 10 000 pas par jour et la réalité est que si vous faites en-bas de 5000 pas par jour, votre sédentarité est à blâmer pour votre difficulté à atteindre votre poids santé. La bonne nouvelle est que la solution numéro un est plutôt simple, prenez une marche 30 à 60 minutes tous les jours pour augmenter considérablement votre nombre de pas. La marche active et l’air extérieur oxygène nos cellules, ce qui nous permet d’être plus attentif, plus efficace, plus vif d’esprit, en plus d’augmenter la mémoire et l’énergie ! Tout le monde devrait prendre le temps de marcher à l’extérieur tous les jours, beau temps, mauvais temps, été comme hiver.

 

Dans les petits gestes au quotidien, qui semblent banals mais qui, au cumulatif, comptent pour beaucoup, vous pouvez :

 

  • Prendre le temps de vous étirer le matin
  • Descendre un arrêt d’autobus plus tôt 
  • Vous stationner loin de la porte d’entrée
  • Vous lever de votre chaise à chaque heure et vous activer un peu
  • Prendre une marche pendant la pause du dîner, après avoir manger 
  • Séparer un 45 minutes de marche totale en 3 sorties de 15 minutes si « vous n’avez pas le temps »
  • Etc.

 

La gestion du stress et le sommeil réparateur

 

Le stress est un facteur déterminant sur la gestion du poids. Lorsque nous vivons un stress, les glandes surrénales sécrètent des hormones comme le cortisol, l’adrénaline et la noradrénaline pour que nous soyons prêts à nous défendre ou à prendre nos jambes à notre cou pour nous sauver et ce, jusqu’à ce que nous soyons hors de danger. Pendant ce temps, le corps se concentre sur nos fonctions vitales. Il accélère le rythme cardiaque, augmente notre acuité visuelle, notre ouïe et compagnie, nous mettant sur le qui-vive et à l’affût du moindre signal pour que nous soyons prêts à réagir. C’est le temps d’être super éveillé. Pas le temps de digérer ou de faire pipi. Ça ira à plus tard !

 

Le problème aujourd’hui est que, comme notre stress est au-delà d’un réel danger perceptible, il ne disparaît pas toujours complètement et comme il se perpétue dans le temps, la gestion du poids devient bien secondaire pour le corps.

 

Aussi, en étant en constante situation de stress, le corps à plus de difficulté à trouver un sommeil réparateur. C’est alors que nous entrons dans le cercle vicieux du manque de sommeil, donc du besoin accru en énergie que le corps va chercher dans les glucides, et d’une moins bonne gestion de la glycémie. En n’étant jamais réellement rassasié, la main trouve alors rapidement le pot de crème glacée, la palette de chocolat, les chips ou les bonbons. 

 

Il faut également prendre en considération qu’en état de stress, il est peu probable d’avoir un sommeil réparateur. D’autant plus que le corps ne se permettra pas d’aller en sommeil paradoxal s’il sent un danger. Lorsque le sommeil paradoxal est impacté, notre tolérance à la douleur est moindre, mais surtout notre humeur est beaucoup moins stable. 

 

Le sommeil paradoxal joue un rôle au niveau émotionnel en détachant l’émotion ou le stress relié à un événement qui s’est passé dans la journée pour que l’on puisse passer à autre chose. La situation est passée à vitesse grand V en boucle dans nos rêves, jusqu’à ce que le sentiment négatif soit libéré. Lorsque ce n’est pas fait, le stress par rapport à cet événement peut durer plus longtemps. On tombe alors encore une fois dans un cercle vicieux de stress, qui empêche le sommeil paradoxal, qui lui est nécessaire pour nous aider à équilibrer notre humeur, donc notre stress par le fait même.

 

Bref, le manque de sommeil contribue à augmenter le stress, puis le stress à augmenter la dette de sommeil qui, ensemble, rendent difficile la gestion du poids.

 

La digestion

 

C’est un grand oublié dans la plupart des conditions de santé. Pourtant, la digestion est un point central dans la gestion du poids. On aurait beau avoir la meilleure alimentation du monde, si la digestion n’est pas au rendez-vous, ce n’est vraiment pas optimal puisque le corps ne peut pas utiliser les nutriments de façon adéquate, donc il ne peut pas donner le meilleur de lui-même. On veut un estomac qui digère bien les protéines, un foie et une vésicule biliaire qui assimilent bien les gras, un pancréas qui sécrète bien ses enzymes digestives, puis un intestin apte à absorber tous ces nutriments. 

 

Comment faire pour savoir si son système digestif fonctionne bien ? Très simple : regardez vos selles ! C’est le meilleur indice de santé digestive. Si vous avez de la constipation, de la diarrhée, des selles qui tachent la toilette, qui sont difficiles à essuyer, avec des aliments non-digérés dedans ou qui sentent jusqu’au dernier voisin du bout de la rue dans un chemin de campagne parsemé de champs, ce sont de bons indices que votre santé digestive n’est peut-être pas optimale. 

 

Aussi, si vous avez des symptômes digestifs comme des reflux, des brûlements d’estomac, des rots à outrance, des nausées sans raison, des maux de tête, des maux de ventre ou encore si votre réputation est basée sur la quantité de gaz que vous pouvez produire en une soirée, ce sont tous des indices que vous gagneriez peut-être à jeter un petit coup d’œil à votre système digestif. Disons que c’est la façon dont le corps à de vous envoyer des signaux qu’il y a un déséquilibre en quelque part.

 

Finalement, l’objectif n’est pas de perdre du poids pour être en santé, mais plutôt d’être en santé pour atteindre son poids équilibré !

 

Et puis, gardez en tête que vous êtes toujours responsables de votre santé, il ne dépend que de vous de faire les premiers pas ! Pour vous accompagner, n’hésitez pas à demander à un professionnel de la santé comme un naturopathe. 

 

Bonne santé,

Natacha Leclerc, naturopathe

Comments

Leave a comment
* Your email address will not be published